Basketball : Nom féminin… Deux ans après

En 2017, à l’occasion de la journée internationale pour la lutte des droits des femmes nous écrivions un article où nous déconseillions aux hommes de « lancer des initiatives sexistes et relou » et conseillions à la société « d’arrêter ses conneries », mais surtout nous décidions de devenir acteurs à notre échelle. En ce 8 mars 2019, où en sommes-nous ? 

Le féminin au quotidien

  • Les femmes représentent 54% de nos licencié·e·s (30% au cumulé avec l’UMBB) 
  • Avec 3 femmes, Sakina, Emilie et Martine, notre bureau directeur est composé de 50% de femmes 
  • 6 de nos 20 entraîneurs sont des femmes : Mélanie, Fania, Aby, Jennifer, Marie et Imane.
  • Sur les six équipes féminines engagées, quatre luttent actuellement pour les premières places de leur championnat.

Alors oui, tout n’est pas parfait, mais nous continuons et continuerons à œuvrer pour les féminines au club.  

Stop clichés : Le combat continue

Inégalité salariale, Ligue de LOL, Hijab Décathlon, agressions et harcèlements sexuels, #EntenduALaRedac
Tant d’événements qui nous forcent de constater qu’en 2019 la situation dans la société ne s’est pas beaucoup améliorée, et que le peu de mesures qui sont prises (féminisation des noms de métiers, écriture inclusive…) ne sont que l’arbre qui cache la forêt. 

Une nouvelle fois, soyons acteurs à notre échelle !
Paix. 

https://www.instagram.com/p/BuMXypcIscd/

Basket : Nom Féminin. (Version 2017)

Aujourd’hui a lieu la journée des droits des femmes. Nos pensées vont vers la gente féminine en interne et hors de notre club et on voulait, par la même occasion, appuyer sur certains points :

Le féminin au quotidien

– La première, c’est qu’avec 55 licenciées, Marseille Basket Club est représentée par ses femmes à hauteur de 49%.
– Bien auparavant, c’est également par la catégorie féminine que nous avons historiquement été portés vers un niveau plus haut : playoffs, pré-nationale etc.

Stop clichés

Au passage, pour cette journée spéciale, on déconseille les hommes de :
– offrir des fleurs dans un déni de compréhension des enjeux et thèmes de la journée.
– lancer des initiatives sexistes et relou

Et on conseille la société d’arrêter ses conneries comme :
– l’inégalité salariale
– la violence conjugale
– légiférer sur le corps des femmes
– Et bien d’autres.

Soyons acteurs à notre échelle. Aller Ciao.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.